Chroniques d'une factrice

Laissez vous entrainer par les petites histoires de Jeanna, factrice: ses amants, ses rêves, ses aventures...

26 avril 2007

Un type qui ressemblait à James Dean...

Par Bérangère    C'était son jour de congé, ses pieds larges se laissaient aller à une errance mélancolique sur le sable grisâtre. Elle promenait ses yeux sur la ligne d'infini de la mer et rêvait déjà d'un ailleurs merveilleux. Les résultats des élections lui faisaient peur et elle attendait de voir ce que ses compatriotes allaient pouvoir voter au second tour. Son vote à elle n'avait pas compté parce-qu'elle avait fait l'amour dans l'isoloir et qu'elle avait malencontreusement glissé deux fois le même prénom dans... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2007

La maison mystérieuse (suite)

Par AudeLe lendemain, Jeanna avait encore du courrier pour la maison mystérieuse. Comme la veille la porte s'ouvrit et comme la veille Jeanna ne rencontra personne dans la maison. Le courrier qu'elle avait déposé sur la table avait disparu mais rien d'autre ne semblait modifié.Jeanna s'avança un peu plus dans la maison. La première porte qu'elle rencontra s'ouvrait sur une chambre à la blancheur immaculée. Le lit était immense avec des draps blancs flamboyants. Prise d'une soudaine impulsion Jeanna se déshabilla entièrement et se... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2007

Le mécanicien à la salopette rose

Par Bérangère     Carlos l'avait emmenée sur l'élévateur, celui qui sert à explorer le ventre des voitures. Comme il était un peu dans la lune, rêveur et ailleurs, il avait oublié de se mettre du même côté que Jeanna. Ils n'avaient pas pu faire l'amour tout de suite, et l'élévateur s'était bloqué. Ils avaient attendu plusieurs heures, contemplant ainsi le plafond jauni du hangar. Finalement, Carlos avait sauté au sol d'une manière très féline et avait ensuite délivré la belle postière.    Celui qui réparait les... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 15:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 avril 2007

La maison mystérieuse

par Aude C'était la première fois que Jeanna devait apporter du courrier dans cette maison. C'était une grande maison qui donnait sur la plage. Jeanna la regardait souvent cette maison, elle lui paraissait mystérieuse comme vidée de toute vie. Elle était immense toute en recoins. Quand elle eut du courrier pour le 13 allée de la mer, elle se dit que la maison avait du être rachetée mais en s'approchant celle-ci semblait toujours aussi abandonnée. Il n'y avait pas de boite à lettres. Jeanna frappa, personne ne lui réondit mais la... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2007

Le mécanicien de la deuxième rue

Par Bérangère     Sa sacoche à rustines était vide, et ça tombait plutôt bien car elle se souvenait du mécanicien en salopette rose. Rose sale un peu, il était mécanicien quand même...Jeanna lui avait apporté sa bicyclette en même temps que des lettres. Comme il habitait un peu loin et que son garage ressemblait à un hospice pour voitures en difficulté, Jeanna avait gardé plusieurs lettres depuis quinze jours. Il allait être content Bob, il s'appelait Bob, ce n'était ni un véritable prénom, ni un surnom, personne ne... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2007

Le sacre du printemps

Par Bérangère     Elle serait là si belle, sa carcasse cuivrée luisant sous les premiers rayons.    Elle serait là si chaude à rêvasser dans la tendresse d'une fin d'hiver.    Elle serait là si mysterieuse, ses yeux gris caressant l'écume d'une mer verte aujourd'hui.    Jeanna a troqué sa veste contre une robe qui moule merveilleusement son corps. Ses pieds se laissent aller à la promesse mouvante des sables. La nuit tombe et la mer descend. On dirait presque les larmes d'un enfants.... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2007

Jeanna et Olivier

Par Aude Jeanna regardait le facteur le plus célèbre de France à la télé, le bel Olivier... Elle le trouve fondant avec ses joues rondes et son regard grave. C'est qu'il n'a pas l'air drôle tous les jours le Olivier. Il est peut-être un peu austère pense Jeanna. Peut-elle réellement être amoureuse d'un type austère? Jeanna pense qu'avec elle, il arrêterait de penser à toutes ces choses si graves: l'exploitation des travailleurs, le patronat qui s'en met plein les poches, les SDF qui crèvent la dalle. Jeanna elle dirait à... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 16:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2007

Jeanette ma petite soeur

Par AudeJeanna ou Jeannette comme je l'appelle c'est ma petite sœur. Quand je pense à elle, je suis pris d'une tendresse énorme, Jeanna j'ai tellement envie de la protéger, de la chérir. Je l'ai regardé grandir avec fascination. Quand mes parents m'ont annoncé que j'allais avoir une petite sœur, on ne peut pas dire que j'ai éclaté d'enthousiasme. Elle allait prendre ma place. Et puis elle est arrivée et j'ai regardé ce petit bout chiffonné déjà son esclave pour la vie. Je la regardais dormir, téter notre mère, je l'ai vu faire ses... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2007

Le communiste

Par Bérangère     Le communiste logeait dans une petut studio avec cuisine. Il avait une vue sur la mer lorsqu'il ouvrait la fenêtre de gauche, et qu'il se penchait très adroitement. Les jours de printemps, d'hiver et d'automne, les rafales s'engouffraient telles des furies par les interstices de cette fenêtre. Il pouvait y distinguer Jeanna lorsqu'elle empruntait la digue en pédalant comme une forcenée, vent contre face. Comme les autres, il n'avait aucune idée de l'heure à laquelle la jolie fille passerait, il la... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2007

Nino, le restaurateur italien

Par Aude Nino avait un petit restaurant sur la côte. Ce n'était pas un grand restaurant avec vue sur la plage où les touristes se disputaient les places en terrasse en soirée. C'était plus une petite gargote perdue dans les rues de la vieille ville. Seuls les initiés connaissaient la cuisine de Nino et ils l'appréciaient. Nino était italien et tout son beau pays était dans sa voix. Il recevait fréquemment de longues lettres envoyées pas sa mère, une vraie mère comme on n'en fait plus qu'en Italie. Nino avait fui l'Italie,... [Lire la suite]
Posté par blairaudes à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]