Chroniques d'une factrice

Laissez vous entrainer par les petites histoires de Jeanna, factrice: ses amants, ses rêves, ses aventures...

29 mars 2007

Jeanna, la petite postière

Par Bérangère

   La factrice était d'une beauté assez recherchée dans la vieille ville, elle ressemblait à une ex de Ronan, vous savez ce grand garçon un peu niais qui plait beaucoup aux femmes (encore maintenant, sa séduction n'est plus à revendre, même Chloé en avait essuyé les plâtres...) Jeanna, elle s'appellait Jeanna, et elle faisait tomber les hommes partout où elle passait, elle avait été mutée un nombre si incalculable de fois que sa boussole elle-même n'indiquait plus le nord ! Jeanna...d'aucuns l'avaient surnommée Juanita, petite Jeanne, ou encore Jeannette...
    Jeanna aimait les hommes, terriblement... Et elle n'y pouvait rien, c'était dans sa nature, elle les aimait, elle les cajolait, et les pourfendait parfois d'un plaisir si rare que bien souvent ils y laissaient des plumes. Elle n'y pouvait rien, elle était comme ça. Elle aimait s'étendre, s'épandre, se répandre, dans la luxure ou dans le foutre, elle était souvent nue sous son uniforme très stricte de postière...toute nue...sauf quand le thermomètre descendait en dessous de 3 degrés Celsius, et comme elle créchait sur la côte, c'était plutôt rare !
     Jeanna aimait manger du comté, c'était l'un de ses fromages préférés...et son rêve secret avait pour nom Olivier. Ce prénom résonnait à ses oreilles comme un angélus joyeux...Jeanna voulait être amoureuse, être amoureuse comme ça n'existe plus que dans les films, ou  dans les livres d'Anna Gavalda ou de Barbara Cartland, mais en attendant, le temps s'effilochait sous les enveloppes blanches qu'elle distribuait, et elle ne le perdait pas le pied. Elle attendait Olivier, facteur-sachem de Neuilly, en grand secret...

Posté par blairaudes à 20:42 - Chroniques de Jeanna la postière - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

  • Sympathique

    et bien écrit, ce qui ne gâche rien.

    Posté par Vagant, 24 octobre 2007 à 14:21

Poster un commentaire